When Surf meets Technology & … Joël de Rosnay

J’ai eu la chance de pouvoir échanger récemment avec Joël de Rosnay sur les nouvelles technologies et sa vision prospective associée au…Surf.


En effet, c’est peut-être une facette moins connue de l’ancien directeur  de la Cité des Sciences et de l’Industrie, mais il est l’un des précurseurs du surf en France et en a d’ailleurs importé les premières planches dès 1958 (balsa couvert de polyester transparent) !

Pour la petite histoire, l’idée de solliciter Joël sur cette thématique est venue de deux éléments:

  • tout d’abord, j’avais gardé en mémoire les échanges avec Cyril Viguier dans le milieu des années 90’s dans le cadre d’une émission sur le surf diffusée alors sur La Cinquième, dans laquelle il recevait des personnalités (Kelly Slater, Bixente Lizarazu entre autres) et parmi lesquelles Joel projetait notamment que dans le futur les surfeurs utiliseraient des systèmes de remontée mécaniques comparables à ceux que l’on trouve dans les stations de ski.
  • L’autre élément est venu plus récemment en découvrant la vidéo présentant le concept de Wave Garden, mais j’y reviendrai plus tard. Bref, j’ai pingé Joel sur Twitter et il m’a très sympathiquement répondu favorablement !

Pour présenter les innovations dans le monde du surf et rendre au mieux compte de notre discussion avec Joël, je découpe sa chaîne de valeur (celle du surf, pas de Joël) en 3 principaux maillons qui peuvent être valables plus généralement pour les activités sportives où les conditions atmosphériques constituent le socle de la pratique: préparation de la session, pratique et revivre la session.
A mon sens, et principalement sur le premier et le dernier maillon, les technologies ont modifiées considérablement les conditions de préparation et de pratique de cette activité.

Anticiper les conditions : quand la houle va entrer ?

C’est le nerf de la guerre dans le surf peut-être plus que dans n’importe quelle autre activité. En effet, toute une série de facteurs entrent en jeu pour définir la qualité des vagues, et ces conditions sont par nature fragiles et vont dépendre en premier lieu de la houle (taille, orientation, espacement), de la marée, de la formation et de la localisation des bancs de sable (c’est un peu différent pour les vagues de fonds durs), mais également du vent (orientation, puissance).
Pour les prévisions de houle, l’outil le plus complet à destination des surfeurs est sans nul doute MagicSeaWeed. Vous avez accès aux prévisions pour votre spot favori sur 5 jours avec l’orientation du vent sur 3 moments de la journée et une évaluation allant de 1 à 5 étoiles pour vous indiquer la qualité attendue des conditions. Joël m’a appris que la techno utilisée vient de l’armée où elle servait à déterminer le meilleur endroit pour débarquer.

Version Mobile de MagicSeaWeed

La version mobile est également appréciable en ceci qu’elle permet de combiner les infos compilées par l’algorithme à l’observation humaine pour améliorer l’évaluation des conditions. Plus récemment, MagicSeaWeed est devenu encore plus « sociale » en ouvrant sa platerforme à ses membres pour leur permettre de gérer eux-mêmes leurs propres spots et leurs sessions (on invitant leurs potes, en y associant des photos…) avec LA fonction indispensable quand on s’adresse aux locaux : la possibilité de cacher son spot pour conserver son caractère secret et le préserver de la foule des grands jours. « Secret Spot » est d’ailleurs une mention que l’on retrouve depuis les débuts sur certaines photos dans les magasines de Surf, pour désigner la localisation de la vague…

Il exsite d’autres outils en ligne permettant d’étudier les prévisions pour mieux planifier sa session. Un certain nombre sont répertiorés dans ce Pearltree:  Prévisions & Cartographie

Comme me le rappelait Joël, avant l’arrivée de ce type d’outils ou des webcams installées le long du littoral on utilisait les informations des quotidiens et des cartes complexes pour tenter d’anticiper les conditions.

En plein coeur de la session, vers le surf augmenté ?

Logiquement, une fois que l’on a avec succès établi le meilleur moment pour aller surfer on se retrouve sur le spot et on se jette à l’eau. Là aussi beaucoup d’innovations sont apparues depuis quelques années et d’autres vont arriver. On peut les regrouper en 3 catégories: celles qui concernent le matériel utilisé pour surfer, celles qui permettent d’améliorer les conditions de pratique et enfin celles qui tentent de les reproduire.

  • Innovation matériel : J’avoue que c’est le domaine où je suis le moins bien calé et Joël a été très précis et visionnaire sur le sujet. Le Top, les combinaisons extrêmement flexibles (qui même pourraient être transparentes) qui permettraient une pratique tout au long de l’année sans détériorer l’aisance du surfeur. Même si les progrès ont été impressionnants, une combinaison intégrale a toujours tendance à gêner les mouvements du surfeur en comprimant notamment la cage thoracique et en diminuant l’amplitude des mouvements des bras. Toujours dans les combinaisons, la combinaison flottable ( ~ gonflable) pour les Big Waves riders pour remonter au plus vite à la surface en cas de gros bouillons proposée par Shan Dorian. Les planches green aussi ou presque, équipées de panneaux solaires pour recharger votre mobile entre deux sessions ! (sachant que dans le surf vous passez au mieux 5% du temps debout à surfer vs 95% à passer la barre, vous replacer pour avoir la priorité au pic…) D’autres évolutions sont attendues sur les performances des planches elles-mêmes avec des arrières modulables/changeables…et enfin, on peut s’attendre à une généralisation du port du casque (cf. la photo de Joël ci-dessous) pour se protéger des contacts avec les autres planches dans un contexte de population croissante au pic.
Crédits: Sylvain Cazenave


  • Des conditions améliorées: Avec des remontées mécaniques, on y revient justement, peut-être pas sous la forme envisageait initialement (?). En tout cas lors des compétitions, les surfeurs professionnels sont assistés pour rejoindre le pic pas des jet-ski. Pour les non-pratiquants, il faut savoir qu’il y a au moins une vertu au fait de devoir passer la barre (la zone qui précède le pic) à la force des bras: la sélection. En effet, si vous n’êtes pas suffisamment entraînés ou si vous ne maîtrisez pas la technique, vous resterez près de la plage…ce qui a le mérite de diminuer les risques. Une autre manière d’améliorer les conditions de pratique est de jouer sur les paramètres qui définissent la qualité des vagues. Il est très difficile de jouer sur le vent ou la taille de la houle en milieu naturel en tout cas, en revanche on peut agir sur un autre aspect essentiel. On dit parfois que la forme c’est le fond qui remonte à la surface. Les vagues en constituent surement la meilleure illustration …et pour résumé si vous pouvez réaliser un fond parfait, vous aurez des vagues parfaites. C’est d’ailleurs le métier de la société australienne ASR qui produit et installe des reefs artificiels. Ça peut sembler incroyable mais ils en ont déjà installés comme vous pourrez le constater dans la vidéo ci-dessous dans un de leurs projets en Inde.

  • Une génération de surfeur d’eau douce ? C’est ce que l’on peut projeter avec les nombreuses initiatives visant a s’inspirer des océans pour récréer les conditions de houle et de déferlements dans des environnements artificiels. On connaissait depuis quelques années les piscines à vagues, mais c’est Wave Garden qui a sorti un concept vraiment innovant.  Le principe est d’installer un dispositif dans le fond d’un plan d’eau pour créer des vagues quasi-parfaites et qui peuvent déferler tout le long de la distance du plan d’eau en question (seule contrainte, il faut que le plan d’eau est au moins 1 mètre de fond et de faibles variations de profondeur ~ 10 cm max.). Joël m’a expliqué que le mécanisme utilisé pour générer la vague était inspiré d’une aile d’avion… Ce type de bassin est tout simplement révolutionnaire pour créer des surfcamp et enseigner la pratique du surf ou pour venir tester du nouveau matériel en conditions réelles.

Vous pouvez retrouver les liens vers les autres vagues d’eau douce dans ce Pearltrees :  Vagues d'eau douce

Revivre sa session

Une fois que l’on s’est bien éclaté dans les vagues, en milieu naturel ou artificiel, c’est toujours un plaisir que de revivre sa session aussi bien pour contempler ses exploits que pour déceler les défauts à perfectionner. Personnellement, je trouve que le « Wow effect » est assuré par les caméras embarquées Go Pro qui sont en plein coeur de l’action et restituent des images de très bonne qualité. Autre nouveauté, et qui nous vient comme Wave Garden de pays basque, une planche bardée de capteurs qui restituent en temps réel la vitesse, l’inclinaison, etc…

Une initiative du même type a été expérimentée en Australie lors du dernier Quiksilver Pro. On observe bien les différents pics de vitesse tout au long de la vague:

On pourrait imaginer à l’avenir un mélange des ces différentes innovations, avec par exemple une planche qui tweet sa vitesse, ou plus généralement, grace à ses capteurs, renseigne sur les conditions de pratique et affine les évaluations de MagicSeaWeed. Equipements 2.0

Enfin, tous les liens utiles sont regroupés dans le Pearltrees « Surf Meets Technology »  Surf meets Technology

3 réflexions sur “When Surf meets Technology & … Joël de Rosnay

  1. Pingback: When Surf meets Technology & … Joël de Rosnay « SportUp | Empreendedorismo e Inovação no Desporto | Escola Superior de Desporto de Rio Maior

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s